Florian en attente d’une convocation de son lycée pour une Quenelle

Récit de Florian, un lycéen victime d’être un quenellier :

1422928_301952823288665_2072441915_n

Il y a bien quelques mois, j’ai découvert les quenelles, je me suis senti « obligé » d’en glisser une ou deux pour participer au mouvement et ainsi « militer » contre cet ordre corrompu.
C’est alors que la semaine dernière, nous avons eu une sortie de classe, dans un musée d’art contemporain, pour découvrir celui qui a fait la marque « obey » (prônant la drogue, le communisme, Israël …) Avec deux collègues on a fait la quenelle et on a invité les autres de la classe à nous rejoindre.

Cette semaine il y a eu une action contre le sida, et moi ne sachant pas ce qu’il se passait dans la cour, j’ai vu un attroupement et un appareil photo, mon bras a été attiré par l’objectif je dirais. Je ne faisais pas ça pour dénigrer l’action contre le SIDA !
Sur la photo de groupe officiel, un algérien est venu avec moi faire la quenelle, la pionne l’a vu, elle l’a menacé de sanction lourde, elle a du scruter toutes les photos pour trouver un quenellier.
Je reviens en cours plus tard, et c’est avec une haine la plus totale (rarement vu de la part d’un pion..) que je me fais accueillir
- » cheeeeh, cheeeh je t’ai choppé, cheeeh »
Comme si j’avais commis un meurtre ou un viol, je me suis justifié que j’avais rien contre leur action contre le sida, que je n’en avait même pas connaissance…
La pionne m’a fais un topo sur Jamel Debouzze l’antiraciste, la LICRA et tout … Que j’avais fais quelque chose d’antisémite.
« Je ne peux rien te faire mais je voulais t’engueuler, j’ai directement envoyé la photo tout en haut » me dit elle …
A ce jour, j’attends mon « procès »

J’aimerai juste rajouter que la surveillante m’a direct précisé pour argumentation que Dieudonné avait prit 25 000€ d’amande, et des dizaines de procès blablabla….

Dans quel Lycée es-tu Florian ?

Je suis dans le lycée Monge à Chambéry, dans le même que mon camarade ayant fait la quenelle sur la photo de classe. (1)

As-tu reçu une convocation ?

J’attends ma convocation par la poste ou dans le lycée d’ici semaine prochaine.

Y’a t-il eu des menaces de sanctions ?

Oui, sanction pour antisémitisme, antisionisme, et racisme.
Penses-tu êtres un antisémite et est-ce que tu crois que Dieudonné en est un ?

Antisémite ? Non, je ne suis pas antisémite, mais ce mot est utilisé à toutes les sauces à ce jour, « on ne peut plus manger un ananas chaud », un bras tendu au sol avec la main sur l’épaule et on est antisémite parce qu’il s’agirait « d’un salut nazi inversé » Non il s’agit d’un ras le bol de ces élites corrompues jusqu’à la moelle, hypocrites, menteurs, profiteurs.. Qui se font passer aux yeux des bobos pour les personnes qui sauveront le monde, mais en réalité il s’agit de la gangrène gouvernementale et mondiale. Alors oui, j’emmerde ce système, mais comme il est un mouvement énorme, il a bien fallu trouver une excuse, l’antisémitisme, pour pousser les gens à ne pas suivre, à renier ce mouvement révolutionnaire. Pour moi la quenelle est un signe de ralliement, aucun rapport avec l’antisémitisme !

A mes yeux, Dieudonné est un homme tout ce qu’il y a de plus normal, avec des vérités, qui ne sont malheureusement pas bonnes à dire, et qui sont suivies par des millions de gens, alors il se fait enfermer ou taire pour éviter d’élargir son cercle de personnes touchées, quoi de plus facile à notre époque que de crier à l’antisémitisme, pour sanctionner.. Mais l’engrenage est en marche, le peuple se lève, tôt ou tard ça explosera, et la mafia gouvernementale ne pourra plus faire taire, à moins de tuer, pour « le bien de la démocratie, la paix » encore une fois … 

Que représente la quenelle à tes yeux ?

La quenelle est un geste qui regroupe les révolutionnaires, de toutes couleurs de peau, convictions religieuses, cela va plus loin qu’une simple idée. Signe de ralliement contre ces élites de merde qui nous gouvernent. On peut la faire partout, avec n’importe qui, ce qui donne une certaine liberté d’expression (pendant combien de temps encore ???) Je ne vois pas de violence dans ce geste.

(1) Interview de Bastien, un des sept lycéens « criminels » de la Quenelle

Propos recueillis par Penstouseul via Facebook

Quenelle: Morandini se plante et met la photo de Zéon

Suite à une manifestation de jeunes femmes « Les Antigones » qui se sont réunies samedi après-midi à Paris pour dénoncer les « méthodes totalitaires et manipulatrices » du mouvement féministe radical des Femen, le site de Morandini (ici) n’a pas fait attention aux écritures que portent les Femen sur leur corps, qui est un montage de Zéon, on peut y voir:

« 6 Millions ? Mytho » « Fuck the talmud racist » 

« Fuck loi Fabuis Gayssot » « Free Palestine »

« Fuck Zionism & Israel »

Morandini négationniste, c’est de l’épaulée !

Quenelle: Morandini se plante et met la photo de Zéon dans actu capture-plein-ecran-25052013-170720.bmp

Voici la photo montage de Zéon (ici)

Dernière minute : Morandini a changé la photo avant sa déportation ^^

Ce n’est pas la première fois que cela arrive, Joe Lecorbeau a lui aussi glissé une Quenelle sans le vouloir après l’éloge de son dessin par une présentatrice, dessin qui parodiait Charlie Hebdo.                                                                     Image de prévisualisation YouTube

Pensetouseul

L’Association France Palestine Solidarité (AFPS) ne veut pas de Dieudonné, pourquoi ?

L’Association France Palestine Solidarité (AFPS) tire à boulets rouges sur Dieudonné, ne souhaitant pas la venue de ce dernier à Besançon pour son spectacle FOXTROT(1). L’AFPS justifie sa position puisque Dieudonné a fait monter sur scène Robert Faurisson, celui-ci étant l’un des précurseurs des Chambres à Gaz pour les Nuls (2). Il s’avère que pour l’AFPS, l’entrée sur scène de Faurisson ne relève pas de la liberté d’expression, sans doute que cette association pro-palestinienne auto-proclamé préfèrerait voir l’humoriste Dieudonné s’adonner au Zouk ou le voir se trimballer en Sloggi sur la chanson de Saga Africa !

L'Association France Palestine Solidarité (AFPS) ne veut pas de Dieudonné, pourquoi ? dans actu r20nmdb9

Alain Soral est aussi la preuve irréfutable des accointances de Dieudonné avec l’extrême droite, étant donné qu’il était ancien membre du Comité central du FN, mais qu’il quitta à cause du positionnement de Marine qui trouvait rentable de tirer sur les musulmans (3) (détail non mentionné par l’AFPS).

Et pour finir, le baptême de la fille de Dieudonné qui a pour parrain Jean-Marie Le Pen, laisse pantois l’Association France Palestine Sioniste Solidarité, excluant le fait que Dieudonné avait à cette occasion donné de la viande aux journalistes pour enfin exister et au passage glisser une Quenelle aux journalistes (4) (détail encore non mentionné par l’AFPS), rappelons aussi que Jean-Marie était le premier homme politique à avoir condamné publiquement Israël dans l’opération plomb durci (5).

Le communiqué se finit avec la vidéo  Conférence « La Galaxie Dieudonné, pour en finir avec les impostures » (6) En parlant d’imposture, la suite va nous montrer que l’AFPS en est une belle !

Cela étant dit, il serait temps de comprendre qui est cette Association AFPS, qui la dirige pour comprendre qui elle soutient véritablement.

L’Association France Palestine Solidarité (AFPS) à pour président Jean-Claude Lefort, ancien député communiste du Val-de-Marne de 1988 à 2007, décoré des insignes de Chevalier dans l’Ordre de la Legion d’Honneur 7 décembre 2011 (indice n°1 fion de Hamster), en mai 2009, il a été élu président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS). Il succède à Bernard Ravenel. (7)

Jean-Claude Lefort n’a pas trouvé bon de suivre les ouvriers partis au Front national, préférant se soumettre au mondialisme financier comme tous les partis de gauche, il n’était apparemment pas sur la même ligne de Georges Marchais à  Montigny-les-Cormeilles, 21 février 1981 (8), jean-jean était pourtant secrétaire particulier de Georges Marchais de 1971 à 1979.

Son prédécesseur Bernard Ravenel était de la même trempe que Jean-Claude Lefort, n’hésitant pas à faire le salle boulot via des accusations d’antisémitismes avec la complicité de l’UJFP, Marcel Charbonnier en fut la victime, ce qui lui a valu un interdit professionnel et un procès, qu’il gagnera fort heureusement, cela n’aura toutefois pas fait du bruit dans les journaux. (9)

Pour la petite histoire, L’AFPS s’est opposée en 2008 à l’exploitation par la société Veolia d’une ligne de tramway reliant Jérusalem et la Cisjordanie, notamment deux colonies. L’AFPS est déboutée le 30 mai 2011 par le Tribunal de Grande Instance de Nanterre. L’AFPS a annoncé avoir fait appel. C’est fort honorable me direz-vous ? En effet, sauf que Véolia a obtenu la régie de la distribution d’eau sur une partie de l’Île de France, comprenant la circonscription du député Jean-Claude Lefort. Ironie du sort !

De qui dépend l’AFPS ?

L’Association France Palestine Solidarité (AFPS) dépend du CICP, né en 1976 d’une volonté politique de mettre des moyens matériels et humains à la disposition d’associations soutenant des luttes de libération nationale, défendant les Droits de l’homme, solidaires avec les travailleurs immigrés, pour faciliter leur travail et développer la solidarité, celui-ci fournit aux associations de solidarité internationale et aux mouvements sociaux, les moyens techniques, logistiques et matériels propres à leur permettre d’exercer leurs libertés d’activités, d’expression et de réunion, ainsi qu’à d’autres organismes tels que des centres de formation.(10)

Gustave MASSIAH, est le fondateur du CICP, l’homme a su rassembler au sein de son association la propagande anti-Syrienne, anti-Lybienne, anti-Iranienne via divers associations 

Qui retrouve-t-on au CICP ?

Ben justement on retrouve l’Union juive française pour la paix (UJFP) dont le président de Richard Wagman, qui n’est pas en reste pour dicter sa loi chez les pro-palestiniens.

En effet, quand, à la veille d’une manifestations, il se pose en gendarme et avertit qu’ « un dispositif spécial est prévu pour séparer le cortège de tout élément douteux (…) dont les mots d’ordre risqueraient de discréditer le mouvement de solidarité ». A la question d’un militant outré :« Qui sont les commissaires politiques et autres grands inquisiteurs chargés de faire la liste des « éléments douteux » ? M. Wagman répond : « Moi (…) et ajoute « les « éléments douteux » qu’il faut tenir à l’écart et dont il faut se démarquer sont des partisans d’Israël Shamir qui ont fièrement brandi son ouvrage antisémite « Le visage caché d’Israël »… ». (repris de l’article Sylvia Cattori) (9)

On y retrouve ATTAC dont Jean-Claude Lefort (encore lui)  était co-animateur du groupe parlementaire, et membre de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

La Ligue des femmes iraniennes pour la démocratie (ex-Organisation Mondiale de la Solidarité des Femmes Iraniennes = O.M.S.F.I) fait aussi partit du CIPC, la présidente est Irène Ansari, les principes fédérateurs sont :

* La laïcité.
* La nécessité de l’instauration d’un système politique démocratique en Iran (par les bombes ?), régime parlementaire et pluraliste qui soit au service de tous les membres de la nation iranienne.
* Le droit du peuple iranien à disposer de lui-même.
* L’égalité des droits et des chances entre tous les membres de la nation, notamment entre les sexes.
* La mise en place d’organisation d’aide et de solidarité aux familles iraniennes, en particulier au sein de la population exilée.
* Le développement de liens de solidarité entre les femmes iraniennes et les femmes des autres pays. (Pour information, les femmes représentent 60% des étudiants en Iran)

Le CICP n’est pas en reste pour utiliser la propagande contre la Syrie via Indymédia (11), ce même Indymédia qui reçoit des aides financières de :

George Soros’s Open Society Institute, de la Fondation Ford, de la Glaser Foundation, et de la Tides Foundation (qui aurait versé à INDYMEDIA un don de 376.000 dollars en 2001). (12)

On pourrait rester des heures à démanteler le CICP et de ces liens avec le CNT par exemple, qui avait comme chef du Service d’Ordre Julien Terzic lié avec le Bétar et la Ligue de défense juive, passé maître en tabassant des femmes musulmanes sur les marchés (13) et les autres liens avec la  CGT, le PCF, le PS Rasl’Front, Scalp…

Dossier complet sur le CICP : http://www.aredam.net/gustave-massiah.html

On comprend ce que fout l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) au milieu de tout ce merdier ! Une chose est certaine, Jean-Claude Lefort a réussi sa reconversion, même s’il doit fermer sa gueule devant le président de l’UJFP. La hiérarchie est respectée, on comprend mieux pourquoi Dieudonné et Soral dérangent cette officine qui opère à faire taire les dissidents sérieux.

Si vous avez des informations à me faire parvenir pour allonger le CV, n’hésitez pas.

(1)   Dieudonné n’est pas le bienvenu à Besançon

(2)   Les Chambres à Gaz pour les Nuls

(3)  Alain Soral : Pourquoi il avait rejoint et quitté le Front National ?

(4) Dieudonné sur le baptème avec Jean-Marie le Pen

(5)  Vérité LE PEN Gaza béké Irak Iran

(6) La Galaxie Dieudonné, pour en finir avec les impostures

(7) Jean-Claude Lefort sur Wikipédia

(8) Georges Marchais à  Montigny-les-Cormeilles

(9) L’accusation d’antisémitisme ne fait pas toujours recette

(10) CICP : Centre international des Cultures Populaires

(11) Propagande anti-Syrienne

(12) « L’antifasciste » Boutoleau et la très américanophile « Professor » Ornella Guyet

(13) Julien Terzic,Besancenot « antifa » VS Dieudonné ,Soral

Pensetouseul

Nicolas Dupont-Aignant soutient Dieudonné, Grégory Baudouin démissionne !

Rebondissement, vous rappelez-vous du très démocrate Grégory Baudouin qui s’exhibait sur Badoo en porte-jarretelles avant de rejoindre toute sa panoplie d’association « Fondation de la Mémoire 71,  Cercle Jean Moulin, FNDIRP 71 et les amis des anciens déportés » pour interdire Dieudonné à Mâcon ? (1) (2)

Nicolas Dupont-Aignant soutient Dieudonné, Grégory Baudouin démissionne ! dans Dieudonné 555830_337531099700357_1270993055_n

Voici la réponse de Nicolas Dupont-Aignant à Claire Aymes – candidate DLR aux législatives françaises à Marseille (3)

Chère madame

 

L’affaire que vous évoquez est un malheureux malentendu que je regrette. En effet, Debout La République n’a jamais été impliqué dans la démarche entamée par un membre de notre mouvement politique au titre de ses engagements annexes qui n’ont aucun lien avec notre parti.

 

Ma position sur la liberté d’expression des artistes, et de tout à chacun, a toujours été très claire. Je n’en ai jamais varié.

 

Toute censure, tout appel à la censure est insupportable dans une démocratie où chaque citoyen est libre de s’informer et de s’exprimer. Les Français n’ont pas besoin de censeurs pour leur dire ce qui est bon et ce qui est mal.

 

Il ne s’agit en aucun cas de tolérer des appels à la haine ou des propos diffamatoires qui, eux, doivent rencontrer une réponse pénale, mais les idées, les pensées doivent être librement exprimées et confrontées entre elles. Je ne pense pas qu’une vérité puisse provenir de la censure mais du débat, de l’échange d’arguments.

 

Quoique l’on puisse penser de Dieudonné, je défendrais toujours sa liberté d’expression, comme celle de tous les artistes, penseurs et simples citoyens qui souhaitent s’exprimer dans notre pays.

Je tiens à préciser que M. Baudouin n’a jamais été le représentant de DLR dans l’Ain, mais le responsable des actions de militantisme par intérim. Il a démissionné de ces fonctions depuis cette malheureuse affaire.

 

Bien fidèlement,

Nicolas DUPONT-AIGNAN

Dieudonné détruit Baudouin :

Image de prévisualisation YouTube

Retrouve moi sur la page Facebook : Blog La Quenelle ici

(1) Grégory Baudouin, bisexuel, militant LGBT et de DLR VS Dieudonné

(2) Photos de Grégory Baudouin : https://www.facebook.com/photo et https://www.facebook.com/photo

(3) Claire Aymes – candidate DLR aux législatives françaises à Marseille et original du communiqué : Demande d’interdiction du spectacle de Dieudonné à Mâcon : réponse de Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout La République

Pensetouseul

Alain Soral evincé du site Top Journaliste

L‘année commence mouvementée :

Alain Soral se fait éjecter du sit  topjournaliste.com sous prétexte qu’il n’est pas journaliste et  n’a pas sa carte de presse (comme tout journalistes au chômage) la cause première de son éviction n’est pas le fait qu’il était sur ce sit le Numéro 1 des journalistes, le plus commenté, le plus noté par les internautes … Évidement !?

Chose étonnante tout de même, quand l’on voit les écrits de Jean Robin qui affirme sur  (Enquête et Débat, 14/09/2012): 

« Soral est un ancien journaliste avec carte de presse, ce qu’il est resté de très nombreuses années, à co-animer des émissions avec Patrice Devret ou à bosser pour Ardicon. Moi je suis toujours journaliste et je n’ai jamais eu la carte de presse, qui nécessite qu’on soit payé par une entreprise reconnue comme “de presse”. Le plus que j’ai travaillé pour le système c’est à Sud radio, avec Robert Ménard, et ça a tenu exactement 4 jours »

Pour voir Jean Robin sur le sit Top Journaliste : http://www.topjournaliste.comJean_Robin

Soral est donc bien un journaliste au chômage donc un authentique journaliste, par contre Jean Robin, avec ou sans carte, ça reste de la merde. 

Cliquez sur l’image pour voir la page

Alain Soral evincé du site Top Journaliste dans alain soral capture-plein-ecran-01012013-164217.bmp

Une petite dernière pour la route :

capture-plein-ecran-01012013-172654.bmp Soral dans alain soral

Pensetouseul

Page La Quenelle sur Facebook : https://www.facebook.com/BlogLaQuenelle

Dieudonné présente une chèvre à l’Elysée lors de la Cérémonie des Quenelles 2010!

Dieudonné présente une chèvre à l'Elysée lors de la Cérémonie des Quenelles 2010!  dans Dieudonné 163142_1565858703356_1142060993_31278443_4334242_n

Un extrait inédit de la Cérémonie des Quenelles 2010
Explication du MVR , Mouvement Vers Rien

Image de prévisualisation YouTube

Dieudonet

 Plus d’info vers rien

112232381636.jpg
 

 

BankRun 2010, on va tous mourir ?

Monsieur Eric Cantona, Géraldine Feuillien et Yann Sarfatia qui sont à l’initiative du buzz de Bankrun « Le 7 décembre 2010 – retirons notre argent des banques« .

http://www.linternaute.com/actualite/magazine/photo/notre-monde-vu-par-reuters/image/mouvement-panique-445186.jpg

BankRun, on va tous mourir ?

En fait, non !Puisqu’il y a l’assurance des dépôts. En cas de faillite d’une banque, l’Etat assure les dépôts des particuliers à hauteur de 70 000 euros. Peu de gens ont des montants supérieurs sur leur compte, donc tout le monde est largement couvert.

Le Fonds de Garantie des Dépôts, créé par la loi du 25 juin 1999 sur l’épargne et la sécurité financière, a pour mission principale d’indemniser aussi rapidement que possible les déposants, mais dans certaines conditions et en particulier dans la limite d’un plafond de 70 000 €, lorsque l’établissement auquel ils ont confié leurs avoirs ne peut plus faire face à ses engagements.  Il peut aussi intervenir à titre préventif pour permettre la disparition ordonnée d’un établissement défaillant sans que les déposants ne soient lésés par cette défaillance.  Son action, en coordination avec celles de la Commission Bancaire, est donc une composante de la sécurité du système bancaire français confortant, en cas de nécessité, la confiance des déposants dans la qualité d’ensemble de ce système.Lien

 http://2.bp.blogspot.com/_Gkk70ZlxrU4/Sjt_sheOBhI/AAAAAAAAARw/Q8eflHvOeVw/s400/banquier+suicide.jpgLes seul à mourir comme dirait « Jovanovic » seront les banquiers, qui après avoir ruinés les petits porteurs et tous les gens qui leur ont confié leur argents gouteront à la Quenelle du peuple, une quenelle du peuple c’est difficile à mesurer, mais en tant que professionnel je dirait « 6 000 000″ l’équivalent de tous les spectacles de Dieudonne! Alors, accroche toi Jeannot.

Même Besancenot le révolutionnaire Bobo du Sacré-Coeur à paris et sa compagne directrice chez Flammarion a peur pour son compte en Banque, pour lui la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’aluminium !C’est ça la révolution Big bisous.lien

Pour Mélenchon :L’homme du peuple qui gagne 15 SMIC par mois ce n’est pas la bonne solution, parole de Franc-Maçon.lien et lien

Christine Lagarde : la plus américaine des Françaises pense que l’appel d’Eric Cantona à vider en masse les comptes bancaires pour changer « le système » est une « provocation ».L’ancienne Présidente du premier cabinet d’affaires américain, Baker & McKenzie protège encore ses clients Levi’s, LVMH, Abbott, Suez, HP Compaq, Dell…

Besancenot, Christine Lagarde et Mélenchon sont enfin d’accord !La banque ça rassemble.

Lien du sit :

Bankrun 

le Groupe : 
facebook


 


Jean-Marie Le Pen glisse une Quenelle au Japon

La Quenelle est une seconde nature chez Jean-Marie Le Pen. En visite au Japon, le leader du Front national ne déroge pas à cette tradition. Avec une délégation de dirigeants européens d’extrême droite, Le Pen, accompagné de Bruno Gollnisch, a visité le sanctuaire controversé de Yasukuni, qui honore la mémoire des soldats tombés pour le Japon lors de la Deuxième Guerre mondiale et celles de 14 criminels de guerre condamnés par les Alliés.

http://www.lexpress.fr/pictures/56/28974_le-leader-du-front-national-jean-marie-le-pen-visite-le-sanctuaire-japonais-de-yasukuni-a-tokyo-le-14-aout-2010.jpg«Je ne suis absolument pas gêné d’aller à Yasukuni, ni d’ailleurs dans aucun cénotaphe du monde. Partout où il y a des combattants qui ont donné leur sang pour leur pays, je les respecte et même quand ils ont été des puissances belligérantes qui étaient contre nous. Je fais mienne le vers de Brasillach, ‘le sang qui a coulé est toujours un sang pur’», a-t-il expliqué au micro de RFI. Interrogé sur cette visite jeudi, le futur ex-patron du FN s’était justifié: «Le criminel de guerre n’est pas une exclusivité des vaincus. Il y en a aussi parmi les vainqueurs», évoquant les bombes atomiques larguées par les Américains sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945. «Des gens qui décident de tuer des centaines de milliers de civils pour obtenir la capitulation militaire du pays, ne sont-ils pas eux aussi des criminels de guerre?», avait-il demandé.

 Colloque inédit

L’argument a été repris par Bruno Gollnish, preuve que les deux hommes peuvent être sur la même ligne même si Jean-Marie Le Pen ne soutient pas son ex-dauphin pour sa succession. «Il y a les bons et les mauvais criminels de guerre. Les bons criminels de guerre, ceux-là qui sont pardonnés, sont les vainqueurs. C’est ceux qui ont bombardé et fait éclater sous des chaleurs de trois mille degrés les femmes, les vieillards, les enfants, de Hiroshima, de Nagasaki, de Dresde ou d’ailleurs. Ca, ce sont les bons. Et puis il y a les mauvais, c’est dans le camp des vaincus», a notamment déclaré le député européen en charge des questions internationales au FN. 

Outre Le Pen et Gollnisch pour le Front national, Adam Walker, n°2 du Parti national britannique (BNP) et des représentants venus de six autres pays européens (Autriche, Belgique, Espagne, Hongrie, Portugal, Roumanie). participent à ce sympathique et inédie colloque organisé par le mouvement nationaliste japonais Issukai. Dirigé par Mitsuhiro, le mouvement nie, entre autres, l’ampleur des atrocités attribuées à l’armée impériale nippone en Asie avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Maud Pierron avec AFP

Neil Armstrong avoue sous les pleurs ne pas avoir marché sur la lune.Le vrais faux article!

Un petit pas pour l’homme ,une grosse quenelle pour l’humanité.

http://www.ordiecole.com/images/armstrong_neil.jpg
Cela devait finir par arriver, et nous ne sommes pas vraiment surpris: selon The Onion, connu pour être l’une des sources d’information les plus sérieuses des Etats-Unis, le commandant en chef de la mission Apollo 11 Neil Armstrong a finalement reconnu que les alunissages étaient des impostures inventées de toutes pièces. Nous pouvons donc remercier Ralph Coleman:

Il n’aura fallu que quelques paragraphes fébrilement écrit par ce contestataire passionné de ce qu’on appelle plus ‘plus grand progrès technologique’ pour que je réalise que je vivais dans le mensonge” a déclaré un Armstrong visiblement ému, s’adressant à des reporters à son domicile. “Il est devenu douloureusement clair pour moi que le 20 juillet 1969, le module lunaire contrôlé par mon équipage n’a pas parcouru 300.000 kilomètres en huit jours pour se poser sur la Lune et effectuer différentes expériences, ouvrant une nouvelle ère pour l’humanité. Au lieu de cela, tout ceci a été filmé en studio, très probablement dans le Nouveau Mexique“.

Neil Armstrong a ajouté: “C’est la seule explication logique aux nombreuses incohérences figurant sur les images pleines de grain et vieilles de 40 ans“.

Il était temps, Neil. Maintenant il ne nous reste plus qu’à découvrir où se cache Elvis, et la boucle sera bouclée. [The Onion]

Science & Technology

Cette technique assez particulière de discrédit du Mouvement anti-NWO en utilisant de vraies-fausses informations a plusieurs avantages :

- elle permet à ses auteurs de parler, même ironiquement, de sujets porteurs qui intéressent les lecteurs, et qui rapportent des  visiteurs et des pages vues.

- elle permet de se forger une image moderne et “jeune”, proche des préoccupations des utilisateurs d’internet.

- et surtout elle permet d’instiller le trouble dans les esprits, par petites doses (technique de la vaccine), ce qui est l’une des conditions sine qunanun de la réussite des plans du Nouvel Ordre Mondial.

Même la radio publique France Info s’essaie quotidiennement à l’exercice dans l’émission “Il était une Mauvaise Foi”, et ne se prive pas d’égratigner, certes pas trop souvent pour ne pas lui faire trop de publicité, le Mouvement anti-NWO naissant, et mélange infos bidons et vraies infos dans une chronique visant à dérider quelque peu l’antenne officielle…

Car pour que le chaos puisse s’installer durablement et pour qu’un Nouvel Ordre Mondial puisse être instauré puissamment, il faut que les gens ne puissent plus reconnaitre leur main gauche de leur main droite, le bien du mal, le pro-NWO de l’anti-NWO, le bon grain de l’ivraie…

Attention donc aux lecteurs de ces magazines de ne pas se laisser emporter dans le piège sournois qui leur est tendu et de toujours conserver leur libre arbitre et leur Discernement !

http://911nwo.info/2009/09/03/de-vrais-faux-articles-et-de-vraies-fausses-publicites-diffuses-dans-les-medias-officiels-visent-a-dicrediter-le-mouvement-anti-nwo/

 

Molière et Dieudonné interdit par le Roi et ses scélérats.

2644_1055848473419_4318424_n

Molière et Dieudonné interdit par le Roi et ses scélérats.

Les années 1662-1669 correspondent sans conteste à la période la plus difficile de la vie de Molière. Le dramaturge, qu’on a tenté d’abord de discréditer en le ravalant au rang méprisable de «farceur», devient un auteur jugé subversif et libertin par les dévots et la bonne société, et dont l’influence sur le roi grandit dangereusement ; mais il est de surcroît l’ennemi à abattre aux yeux de ses rivaux.
Il s’agit donc d’une période riche en événements qu’il convient de rappeler succinctement. Dès la création de L’École des femmes, le 26 décembre 1662, éclate une première querelle « quenelle »qui durera jusqu’au début de 1664. La cabale revêt d’abord un caractère moral et mondain, car de nombreux spectateurs sont choqués par les recommandations d’Arnolphe à Agnès (III, 2), dans lesquelles on voit une parodie de sermon, et, plus grave, une parodie des commandements de Dieu ; en outre, on juge obscène la fameuse équivoque du le (v. 572). La pièce déchaîne les foudres des dévots, tel Conti, ancien protecteur de la troupe subitement revenu à la religion, et suscite de surcroît une fronde des gens de lettres, dramaturges et comédiens rivaux, ce qui générera toute une série de pièces polémiques et d’accusations féroces.
En mai 1664, au moment des Plaisirs de l’île enchantée, la somptueuse fête donnée à Versailles par le roi, Molière représente un premier Tartuffe en trois actes ; voyant là une intolérable ingérence dans les choses de la religion, les dévots déclenchent immédiatement une cabale d’une violence bien plus grande qu’à l’occasion de la querelle de L’École des femmes. Le fer de lance en est la fameuse Compagnie du Saint-Sacrement de l’Autel, une société secrète influente constituée de membres issus de l’aristocratie et de la bourgeoisie parlementaire. Le curé de Saint-Barthélémy, docteur en Sorbonne, ira jusqu’à traiter Molière de « démon vêtu de chair » dans un pamphlet retentissant. La pièce ayant été interdite par le roi, Molière entreprend de multiples mais vaines démarches pour la défendre ; elle n’est représentée qu’en privé à l’occasion de «visites», chez quelques grands.
La tension continue de monter avec la création de Dom Juan, le 15 février 1665, œuvre dans laquelle Molière évoque clairement le caractère organisé de la cabale, ce qu’il n’avait pas fait dans Le Tartuffe : « On lie, à force de grimaces, une société étroite avec tous les gens du parti. Qui en choque un, se les jette tous sur les bras » (V, 2). La fureur des dévots est à son comble ; Molière est accusé d’athéisme »aujourd’hui antisémite » militant, ce qui est plus grave encore que le libertinage. On le menace, dans un sonnet anonyme, de lui crever les yeux et de l’enfermer à la Bastille avec un vautour qui le déchirerait ! Devant la tournure que prennent les événements, Molière retire la pièce de l’affiche après le relâche de Pâques, sans qu’on sache s’il en a pris l’initiative ou si le roi a discrètement fait pression sur lui. Par la suite, les choses paraissent évoluer : ses ennemis décident par politique de ne plus nourrir la querelle, Louis XIV prend la troupe sous sa protection, Anne d’Autriche et Conti meurent à peu de jours d’intervalle, ce qui décapite le parti dévot. Pour ce qui est du Tartuffe cependant, bien que Molière ait atténué son texte, le Premier Président du Parlement, M. de Lamoignon, empêche sa représentation, et l’archevêque de Paris, Hardouin de Péréfixe, interdit à tous, sous peine d’excommunication, de la lire, d’en entendre la lecture ou de la voir représenter. La pièce ne sera enfin à l’affiche que bien plus tard, le 5 février 1669.

La violence de ces querelles ne s’explique que par l’importance des enjeux idéologiques qui les sous-tendent. L’École des femmes, par exemple, met en jeu les valeurs morales fondamentales d’une société en pleine transformation : il est certes légitime de penser que, lorsque Molière oppose le naturel d’Agnès au carcan de règles brandi par Arnolphe – représentant du courant de conservatisme moral –, l’oeuvre reflète le mouvement de la galanterie auquel adhère une nouvelle génération plus sensible au plaisir de l’amour et plus confiante en son pouvoir éducatif. Mais L’École des femmes va bien plus loin : par delà cette situation de théâtre stéréotypée, elle éclaire un moment capital de l’histoire des idées, l’émergence de la conscience individuelle comme référence éthique. Molière ne prône rien de moins qu’une conception du naturel fondé sur l’intuition individuelle du bien, idée on ne peut plus subversive, puisqu’elle tend à libérer les jeunes gens de toute autorité morale.
Il en va de même avec Le Tartuffe. Outre le fait qu’un homme de théâtre – comique de surcroît – s’est mêlé des affaires de la religion, ce qui n’a pas manqué de choquer les dévots sincères, il faut rechercher d’autres explications à la violence du conflit. Ainsi, la pièce met en scène deux conceptions de la religion, une forme austère que notre poète stigmatise au travers des personnages ridicules, Orgon et Mme Pernelle, et une pratique plus mondaine et plus «raisonnable», autrement dit plus laxiste et plus dangereuse. Et cela fait nettement écho à un conflit ouvert qui ne manquera pas d’opposer, un peu plus tard la jeune cour de Louis XIV, aimant les fêtes et les plaisirs, à celle plus dévote d’Anne d’Autriche et de Bossuet. De surcroît, l’affaire du Tartuffe a ranimé l’antique querelle de la moralité du théâtre, qui voit le théâtre subir depuis des siècles les foudres de l’Église. La comédie touche là encore des valeurs fondamentales de la société ; sa violence, cependant en déforme sensiblement les perspectives à nos yeux. Molière n’est probablement ni un incroyant ni un contestataire, comme le prétendent ses ennemis. Bien qu’on ne sache rien de précis sur ce qu’il pense de la religion, au point que ses biographes en arrivent à s’opposer diamétralement, et que ses œuvres, dont le sens est en suspens (Dom Juan), ne permettent pas de se faire une idée plus précise, il montre un respect avéré des usages religieux, attitude courante chez les comédiens, et surtout, le roi, qui ne badine pas avec les choses de la religion, accepte d’être le parrain du premier de ses enfants, Louis.

Mais il est un combat d’une tout autre nature que Molière mène durant ces années tourmentées, afin d’anoblir le genre comique et d’imposer son esthétique propre, car, comme tout grand écrivain, notre dramaturge modèle le genre en fonction de sa vision du monde. On se bornera ici à attirer l’attention sur deux éléments parmi d’autres, le rire et les personnages.
On sait que dans La Critique de l’École des femmes, Molière prend le contre-pied du préjugé favorable au genre sérieux, et que la pièce contient tout à la fois une réhabilitation du rire et un rejet des critères néo-aristotéliciens auxquels se réfèrent les doctes. Le rire devient en effet la pierre angulaire de ce théâtre, soit qu’il revête une fonction morale, lorsqu’il est suscité par le ridicule d’un personnage, soit qu’il ne vise qu’à divertir le public afin de le maintenir dans l’euphorie. Mais l’Église et la bonne société ne l’entendent pas de cette oreille : le chrétien, conscient de la misère de l’homme après la chute, est sur terre pour sauver son âme, et non pour se divertir, comme le rappellera Bossuet dans ses Maximes et Réflexions sur la comédie ; faire rire dans cette « vallée de larmes » relève donc de la provocation. En somme, on répugne encore à reconnaître au rire l’utilité morale que lui confère la satire des ridicules.
En second lieu, Molière innove considérablement pour ce qui est de la conception des personnages par rapport à la tradition comique antérieure. Il rejette sans hésiter les emplois figés que lui lègue une tradition séculaire, afin de concevoir des personnages plus proches de la réalité. C’est donc au nom de la complexité du réel qu’il apporte deux importantes innovations. D’une part, ses personnages ne sont plus sommairement monolithiques ; d’autres traits viennent étoffer les caractères, et contribuent à leur conférer une sorte d’arrière-plan, ce qui concourt à donner au spectateur le sentiment d’avoir affaire non à des êtres de papier mais à des personnes complexes. Ainsi, Arnolphe n’a pas que des défauts, puisqu’il se montre libéral avec le fils de son ami, avant de savoir que celui-ci est son rival en amour. Mais cette liberté que notre dramaturge prend avec la tradition lui sera reprochée par les doctes, comme en témoignent les critiques du pédant Lysidas dans La Critique de l’École des femmes : « Arnolphe ne donne-t-il pas trop librement son argent à Horace ? Et puisque c’est le personnage ridicule de la pièce, fallait-il lui faire faire l’action d’un honnête homme ? » Et Molière de répondre par la bouche de Dorante que, dans la vie, il « n’est pas incompatible qu’une personne soit ridicule en de certaines choses et honnête homme en d’autres ».
D’autre part, Molière modifie à nouveau les règles du jeu en concevant des personnages qui évoluent : le barbon traditionnellement ridicule de la comédie change psychologiquement au point d’apparaître à la fin sous un jour pathétique. Audace que Molière se sent obligé encore une fois de justifier au nom de la vraisemblance, par la bouche de Dorante : « Si nous nous regardions nous-mêmes, quand nous sommes bien amoureux… ».

En somme, durant cette période lourde de conflits, la comédie se donne des moyens nouveaux ; elle se met à regarder la société d’un œil critique et à se mêler de questions qui étaient jusque-là hors de son champ. Mais cela ne s’est pas fait sans heurts, et Molière ne sort pas indemne de ces cinq années de lutte ; d’ailleurs il cessera, par la suite, de s’attaquer à de puissantes cabales, comme dans Le Tartuffe et Dom Juan, pour ne fustiger que des vices de caractère et des mœurs privées. Ce changement de cap radical est-il dû à la gravité de cette crise dont il sort épuisé ? La maladie l’a en effet obligé à suspendre les représentations à deux reprises, il a perdu un enfant et connu de graves difficultés conjugales. Ou est-ce simplement parce que, devenu comédien du roi en 1665, il se consacre désormais au divertissement de la cour en développant le genre nouveau de la comédie-ballet ?

中國 天津 Chine Tianjin, Pr... |
ninomouss |
Paparaziweb |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Accueil du site
| M. Leduc, prof d'Histoire-G...
| Infos Bgayet