Coca-cola est casher !

Coca-cola est casher, le Rabbin orthodoxe permit la certification de la boisson tout au long de l’année, et en particulier durant Pâque, Coca Cola remplaça « Moris » par un équivalent végétal et « Anigron » par un dérivé du sucre de canne. (1)

La version normale, qui est casher toute l’année via le Rabbin Geffen, sauf pendant la Pessa’h (à cause du maïs)

La version « Casher-Pessah », qui n’est distribuée que pendant la Pessa’h, et qui respecte les interdits supplémentaires de la pâque juive. Cette version est reconnaissable par le logo sur le bouchon.

Coca-cola est casher ! dans actu b51pc6u1

Comme un symbole de la culture américaine, Coca-Cola s’implante dans tous les pays du monde et est servi dans des événements les plus strictement casher. Alors que Coca-Cola a été sur le marché depuis 1886, il n’a été certifiés casher que depuis 1935, y compris l’casher Pessa’h.

Rabbi Tobias Geffen, un rabbin orthodoxe qui a servi en tant que chef de la Congrégation Shearith Israël de 1910 jusqu’à sa mort en 1970 à l’âge de 99 ans, est responsable de kashering Coke. Né à Kovno, en Lituanie, en 1870, il a émigré à Canton, dans l’Ohio en 1903. Au cours de sa longue carrière au Shearith Israël, Geffen est devenu le doyen de l’orthodoxie juive du Sud.

Comme des millions de Juifs d’Europe orientale qui ont émigré aux États-Unis en provenance de Pologne, la Lituanie, la Russie, l’Ukraine et ailleurs en Europe avant la Première Guerre mondiale, ils voulaient de plus en plus  prendre part à la «vraie» vie américaine, y compris la consommation d’aliments américains et les boissons. Alors que l’eau de Seltz aurait pu être la préférence de nombreux immigrants juifs traditionnels, leurs enfants et petits-enfants assimilèrent rapidement la preuve de leur américanisation en buvant Coca-Cola.

Parce qu’il a vécu à Atlanta, où la société Coca-Cola a son siège social, le rabbin Geffen a reçu des lettres de plusieurs collègues rabbiniques orthodoxes à travers le pays demandant s’il était permis de consommer halachicly Coca-Cola. Incertain de la réponse, Geffen a contacté la compagnie pour demander une liste d’ingrédients de Coke.

À l’époque, le rabbin Geffen ne savait pas que la formule du Coca-Cola est un secret commercial bien gardé – peut-être l’un des secrets les mieux gardés du commerce dans l’histoire américaine. Seule une poignée de personnes connaissent la formule. A la demande du rabbin Geffen, la société Coca-Cola a pris une décision afin de lui permettre d’accéder à la liste des ingrédients dans la formule secrète de Coca-Cola à condition qu’il jurait de les garder dans le secret absolu. Geffen accepté les termes. La société n’a pas dit à Geffen les proportions exactes de chaque ingrédient, mais lui a juste donné une liste des éléments par leur nom.

Lorsque Geffen a reçu la liste des ingrédients, il a découvert que l’un d’eux a été fabriqué avec de la glycérine à partir de suif de boeuf non-casher. Même si un chimiste du laboratoire répondit à Geffen que la glycérine était présente dans seulement une partie pour mille (il faut une partie pour 60 dilué suffisante pour obtenir la certification casher), Geffen a informé la Société Coca-Cola, les juifs pratiquants ne pouvaient pas tolérer sciemment son inclusion.

Retour dans les laboratoires de l’entreprise, les chercheurs sont allés travailler pour trouver un remplaçant pour le suif à base de glycérine et ont découvert que Proctor and Gamble (glycérine de l’huile de coton et de la noix de coco). Quand ils ont convenu d’utiliser ce nouvel ingrédient, Geffen a donné son Hecksher, ou sceau d’approbation à Coca-Cola pour être commercialisés comme étant casher.

Pourtant, un second problème vexé Geffen: la formule de Coca-Cola inclus des traces d’alcool qui étaient un sous-produit des grains de céréales. Tout élément dérivé de grains est hamets, ou interdits à la Pâque, Coca-Cola ne pouvait pas être certifiés casher pour la Pâque, même après la formule eu été modifiée afin d’inclure la glycérine végétale. Les Chimistes de Coke ont expérimenté et constaté que pendant la saison de la Pâque, ils pourraient remplacer les édulcorants fabriqués à partir de sucre de betterave et de canne à sucre à base de céréales, sans compromettre le goût de Coca-Cola. Ils ont convenu de commencer la fabrication de coke avec les nouveaux sucres plusieurs semaines avant la Pâque chaque année.

Le rabbin Geffen a été heureux d’avoir effectué ce service pour le peuple américain juif et la compagnie Coca-Cola . Dans ses papiers, qui sont conservés dans les archives de l’American Historical Society juive, les chercheurs peuvent trouver une techouva (réponse rabbinique) où Geffen écrit les éléments suivants:

Parce que Coca-Cola a déjà été accepté par le grand public dans ce pays et le Canada, et parce qu’il est devenu un problème insurmontable pour induire la grande majorité des Juifs de s’abstenir de prendre part à cette boisson, j’ai essayé sincèrement de trouver une méthode permettant de son utilisation. Avec l’aide de Dieu, j’ai été en mesure de découvrir une solution pragmatique dans laquelle il ne saurait être question ni de doute sur les ingrédients de Coca-Cola.

Merci à Rabbi Geffen, même les juifs les plus pratiquants se sentent rassurés que «les choses vont mieux avec Coca-Cola. »

Article traduit par pensetouseul :

http://www.jewishfederations.org/page.aspx?id=80335

(1)  Comment Coca Cola est devenu casher

Lien utile :

 Casher ou pas casher ? Le vin selon le talmud

Laisser un commentaire

中國 天津 Chine Tianjin, Pr... |
ninomouss |
Paparaziweb |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Accueil du site
| M. Leduc, prof d'Histoire-G...
| Infos Bgayet