Personne dans le monde ne comprend la position d’Israël ,négocier tout en reprenant les constructions dans les colonies

L’émissaire spécial américain George Mitchell est de retour mardi à Jérusalem pour tenter de sauver les négociations israélo-palestiniennes tandis que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu garde un profil bas face aux critiques internationales.

Personne dans le monde ne comprend la position d'Israël ,négocier tout en reprenant les constructions dans les colonies dans actu

De G à D: le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, le président palestinien Mahmoud Abbas et l’émissaire spécial américain George Mitchell, le 14 septembre 2010 à Charm Al-Sheikh

 

M. Mitchell doit rencontrer mardi soir le ministre israélien de la Défense Ehud Barak à Tel-Aviv et mercredi M. Netanyahu à Jérusalem, selon des responsables israéliens.

Il s’entretiendra jeudi avec le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah (Cisjordanie) pour tenter de maintenir sur les rails le processus de paix menacé par le refus dimanche de M. Netanyahu de prolonger le gel partiel de la construction de logements dans les colonies israéliennes de Cisjordanie.

Depuis cette décision, M. Netanyahu a maintenu un profil médiatique très bas, se bornant à un seul communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi.

Selon la radio militaire, M. Netanyahu s’abstient de toute attaque contre Mahmoud Abbas pour éviter de donner à ce dernier une raison supplémentaire de rompre des négociations directes, relancées le 2 septembre après 20 mois d’interruption.

Un haut diplomate anonyme, cité par la même radio, a affirmé que plusieurs ambassadeurs israéliens auraient lancé des mises en garde sur les conséquences de l’isolement d’Israël dans le monde.

« Israël risque de payer un prix élevé à la suite de la reprise de la construction dans les colonies », s’est inquiété ce diplomate. Selon lui, le message d’Israël « ne passe pas ». « Personne dans le monde ne comprend la position d’Israël qui consiste à affirmer que l’on peut négocier tout en reprenant les constructions dans les colonies », a-t-il dit, selon la radio.

Interrogé par l’AFP, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Ygal Palmor a assuré que « le tableau est plus nuancé ».

« Il faut se garder de toute simplification. L’important est que toutes les forces impliquées dans les efforts de paix poursuivent leurs efforts pour faire aboutir ces négociations », a souligné le porte-parole.

De son côté, le président Abbas a réaffirmé mardi en France qu’il voulait un moratoire pour la colonisation « tant qu’il y aura des négociations » de paix.

« Nous demandons le moratoire tant qu’il y aura des négociations parce que tant qu’il y a des négociations, il y a de l’espoir », a-t-il affirmé.

Lors d’une conférence de presse lundi avec le président français Nicolas Sarkozy, Mahmoud Abbas avait souhaité que M. Netanyahu « prolonge de trois ou quatre mois » le gel de la colonisation.

La construction a recommencé dans plusieurs colonies de Cisjordanie lundi après l’expiration d’un moratoire de dix mois, que les Israéliens ont décidé de ne pas prolonger. A la suite de cette décision, les Palestiniens ont réservé leur réponse sur l’avenir des pourparlers de paix jusqu’à une réunion de la Ligue arabe programmée le 4 octobre.

« Nous ne voulons pas arrêter ces négociations, mais si la colonisation se poursuit, nous serons obligés de les arrêter », a répété mardi le chef de l’Autorité palestinienne. M. Netanyahu « doit savoir que la paix est plus importante que la colonisation », a-t-il insisté.

Côté israélien, M. Netanyahu s’est entretenu par téléphone avec la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton lundi soir, a indiqué le porte-parole de la diplomatie américaine, Philip Crowley.

M. Crowley a également déclaré que les Etats-Unis étaient « déçus » de la fin du gel des constructions dans les colonies, mais restaient « concentrés sur les objectifs à long terme » de parvenir à la paix dans la région via des négociations directes.

Enfin, 87 des 100 sénateurs américains ont pressé lundi Barack Obama de tout faire pour convaincre Mahmoud Abbas de ne pas quitter les négociations de paix avec Israël, en dépit de la fin du moratoire qui a suscité également la déception des Européens et de l’ONU.

AFP

 

Une Réponse à “Personne dans le monde ne comprend la position d’Israël ,négocier tout en reprenant les constructions dans les colonies”

  1. axel dit :

    Il n’y a pas a negocier avec des gens qui ne vous veulent pas du bien. Ces arabes palestiniens n’ont qu’a aller en Jordanie qui est a 70% palestiniens. Les Juifs sont chez eux par droit divin. Personne n’y pourra rien, c’est le combat du pot de terre contre le pot de fer. j’ai dit

Laisser un commentaire

中國 天津 Chine Tianjin, Pr... |
ninomouss |
Paparaziweb |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Accueil du site
| M. Leduc, prof d'Histoire-G...
| Infos Bgayet