La Maison des Esclaves à Gorée : mythe ou réalité ?

http://www.le-senegal.net/s_photos/goree/goree_esclave.jpgSituée au large de Dakar, l’île de Gorée est connue pour son histoire marquée par l’esclavage qui a duré du XVe au XIXe siècle, sous domination portugaise, néerlandaise, anglaise et française.

C’est certainement la fameuse « Maison des Esclaves » ayant été longtemps gérée par Boubacar Joseph N’diaye, le mythique conservateur en chef décédé en février 2009, qui concrétise le mieux les souffrances de cette époque noire de l’histoire de Gorée.

Celle-ci a un fort sens symbolique mis en avant dans les récits de N’diaye et renforcé par les visites des hautes personnalités politiques comme Abdoulaye Wade, Bill Clinton, George Bush, Lionel Jospin, Nelson Mandela ou encore Hillary Clinton mais aussi et surtout la visite du Pape Jean-Paul II en 1992 qui avait demandé le pardon du Ciel « pour ce péché de l’homme contre l’homme, ce péché de l’homme contre Dieu ».

Il existe néanmoins de nombreuses polémiques sur la véracité des récits de N’diaye concernant la Maison des Esclaves.

Voici l’extrait d’un article paru sur le Monde le 27 décembre 1996 et intitulé « Le mythe de la Maison des esclaves qui résiste à la réalité » : « La Maison des esclaves est devenue un élément du patrimoine de l’humanité, surtout depuis que l’Unesco a classé l’ensemble de l’île dans cette rubrique. Le problème, c’est que tout est faux, ou presque, comme l’expliquent Abdoulaye Camara et le Père de Benoist, un jésuite, historien, chercheur à l’IFAN. (…) L’esclaverie, car elle a existé, se situait non loin du port qui abrite aujourd’hui le Musée historique. Elle a disparu. Gorée n’a jamais été un centre très actif pour la traite (deux cents à cinq cents esclaves par an, si l’on en croit les chiffres du savant jésuite), par rapport aux comptoirs de la Côte des esclaves (l’actuel Bénin), du golfe de Guinée ou de l’Angola.. »

Selon l’auteur de l’article, Emmanuel de Roux, « la légende de la Maison aux esclaves doit tout à l’indéniable talent de Joseph N’Diaye qui a mis une douzaine d’années à forger un mythe qui, aujourd’hui, a force de loi. ».

Mais même si tout ce que N’Diaye a défendu concernant la Maison des Esclaves n’était peut-être finalement qu’un mythe, n’était-ce pas un moyen efficace de mettre la lumière sur une période noire de l’histoire de l’humanité ? N’était-ce pas grâce à ces récits de N’Diaye que toutes ces hautes personnalités politiques voire le Pape se sont intéressés à l’île de Gorée et ont fait des discours dénonçant l’esclavage et promouvant la fraternité entre les peuples ? Autrement dit, le mythe créé par N’Diaye n’était-ce pas la meilleure façon d’attirer l’attention à une réalité taboue et négligée ?
« Il y a deux histoires : l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où se trouvent les véritables causes des évènements. » Honoré de Balzac

Image de prévisualisation YouTube

par dofbi82

 

Une Réponse à “La Maison des Esclaves à Gorée : mythe ou réalité ?”

  1. HERACLITOCRATE dit :

    Bravo pour cette aricle qui contribu à rétablir la vérité historique par respect pour les descendants de personne victime de l’esclavage. Une petite précision tout^même, ce n’est pas Joseph N’diaye qui a fait connaître le travail de mémoire sur la « Shoah noire » mais le film « Racine » tiré d’un roman historique écrit par un noir américain Alex ALEY. Monsieur Ndiaye flairant le bon coup s’est engouffré dans la brèche pour son profit et celui de ses amis, occultant le travail sérieux fait par des historiens sénégalais et caraîbéens.

Laisser un commentaire

中國 天津 Chine Tianjin, Pr... |
ninomouss |
Paparaziweb |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Accueil du site
| M. Leduc, prof d'Histoire-G...
| Infos Bgayet