LDJ ?

Aux États-Unis, la Ligue de défense juive a longtemps été dénoncée par ses détracteurs comme un mouvement raciste et violent, avant même les accusations de terrorisme.

En France, compte tenu d’actes violents imputés à des membres de la LDJ française et des rapprochements idéologiques qui sont prêtés à ce mouvement, certaines associations comme le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) ou la Ligue des droits de l’Homme (LDH) réclament sa dissolution.

 

La Ligue de défense juive (LDJ) est un mouvement sioniste d’extrême droite activisteÉtats-Unis. créé aux

La branche française est inspirée de la Jewish Defense League des États-Unis. Constituée en octobre 2000 sous le nom de « Liberté démocratie et judaïsme », elle prend ensuite sa dénomination actuelle. Elle est actuellement dirigée par Michaël Carliste.

Dans son rapport Terrorism 2000/2001, le FBI décrit l’organisation comme un « groupe terroriste de droite » et une « organisation juive violente et extrémiste » ; le rapport mentionne deux tentatives d’attentat planifiées par des membres de la LDJ mais que le FBI a réussi à déjouer en décembre 2001. La base de données américaine Terrorism Knowledge Base établit que la Jewish Defense League a été pendant les deux premières décennies une « organisation terroriste active ». La JDL était spécifiquement listée par le directeur exécutif adjoint de l’anti-terrorisme du FBI, John S. Pistole, dans son rapport présenté à la Commission nationale en charge des attaques terroristes aux États-Unis.

Alors que le MIPT écrit que le JDL n’est pas actuellement impliquée dans des actes terroristes, cependant tant les anciens que les actuels dirigeants de la JDL, selon le Washington Post, sont les principaux donateurs du groupe terroriste israélien illégal Kahane Chai.

 Ligue de défense juive 01.jpg

 

En France, la LDJ est constituée de quelques centaines de membres actifs, et selon son porte-parole Michaël Carliste, elle regroupe « des anciens militants du Betar ».

Leur signe distinctif est le bouclier de David et un poing serré inscrit en noir sur fond jaune. Cet emblème est un dérivé de celui du Kach.

D’après l’émission Compléments d’enquête consacrée à l’antisémitisme et diffusée sur France 2 le lundi 20 septembre 2004, les membres de la LDJ s’entraînent au combat,ils suivent des cours de krav maga, l’art martial de l’armée israélienne.

Une association Liberté démocratie judaïsme (LDJ) ayant cette adresse a été déclarée en janvier 2001 à la préfecture de Paris mais la dissolution de cette association a été déclarée le 14 juin 2003 à la préfecture de Paris. On peut donc considérer la LDJ comme un groupuscule de fait.

Ci dessous Julien Dray, fondateur d’SOS Racisme et son frère ex dirigeant du BETAR FRANCE, une organisation vouée à la chasse aux Palestiniens, ce dernier opère toujours contre les Arabes mais cette fois directement sur place en Palestine occupéeLDJ ? dans sionistes julien_dray+%282%29.

 Ginette Skandrani massacrée par les extrêmistes sionistes

 

Les nervis sionistes ont encore frappé ! Et oui… ils sont très forts armés jusqu’aux dents face à des femmes sans défense. On reconnait là la noblesse d’âme des défenseurs d’Israël. Ils appliquent sur notre territoire les mêmes méthodes criminelles que Tsahal envers les Palestiniens. Ginette Hess-Skandrani vient de goûter aux douceurs des extrêmistes sionistes qui veulent museler le Peuple de France. Voilà le résultat… ils peuvent être fiers d’eux, ces engeances indicibles sans foi ni loi et sans honneur ! Où est l’honneur quand on cogne sur des femmes ? Où ?

http://accel21.mettre-put-idata.over-blog.com/0/07/64/79/betar/ginette.jpg

http://accel21.mettre-put-idata.over-blog.com/0/07/64/79/betar/ginette2.jpg

Condamnation des 3 agresseurs de Ginette Skandrani

Suite à l’agression avec violence aggravée commise en groupe contre Ginette Hess Skandrani à son domicile le 25 octobre 2006, ont été jugés ce jour, 3 février :

- Ruben COLLEU, non présent, car en fuite en Israël mais défendu par son avocat. COLLEU faisait le guet dans la rue, tout en gardant les motos, pendant que les autres agressaient Ginette Skandrani avec des casques de motard.

- Steven ELIE, en train de faire son service militaire en Israël avec l’accord de la Cour et qui a envoyé une lettre accusant les autres membres du groupe qui se sont réunis la rue des Rosiers afin de programmer l’agression.

- Mike SFEZ, que Ginette Skandrani avait reconnu comme l’un de ses deux agresseurs, ce qu’il a essayé de nier, en voulant faire croire qu’il était resté derrière la porte. Le quatrième agresseur était Jordan BENHAMOU, mineur au moment des faits et condamné le 18 novembre 2008 par le Tribunal pour enfants.

L’avocat de SFEZ a essayé de faire passer la victime pour une antisémite, voir une négationniste qui fréquente un certain humoriste. Il lui a également reproché d’avoir divulgué les noms de ses agresseurs sur le net.

Ils ont tous les trois été reconnus coupables et condamnés :

SFEZ à deux ans d’emprisonnement dont 18 mois avec sursis. Les 6 mois pouvant se transformer en travaux d’intérêt général

COLLEU idem que SFEZ.

ELIE coupable par défaut à trois ans d’emprisonnement. Un mandat d’arrêt a été lancé contre lui.
Une somme de 10 000 € doit être versée pour réparation des
dommages ainsi que 1500 € pour les frais de justice.

http://www.dailymotion.com/video/x8jux2

par ResistFrance-

 pensetouseul

 


Laisser un commentaire

中國 天津 Chine Tianjin, Pr... |
ninomouss |
Paparaziweb |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Accueil du site
| M. Leduc, prof d'Histoire-G...
| Infos Bgayet